L’innovation, une valeur ajoutée aux entreprises qui se veulent « Émergentes »

Le salon de l’innovation du Kivu dit : ‘’SIK’’ qui se tient à GOMA du 28 au 30 Novembre 2018, en son premier jour, a été réduit en un espace réservé aux entrepreneurs et des gens fortement passionnés par un entrepreneuriat innovant au Kivu.

De la problématique de l’état de lieu, des défis et perspectives en rapport avec l’innovation dans l’entrepreneuriat jusqu’à la session tablant sur l’innovation en tant que  facteur déterminant pour les entreprises émergentes, laquelle session a fait l’objet d’une Conférence – Débat, cette dernière  a également retenu l’attention des entrepreneurs sur l’importance d’innover.

Quand l’innovation creuse l’écart entre les offres de valeurs

 Bonny MAYA ; CEO de la plateforme eMart.cd spécialisée dans la vente des produits en ligne en République démocratique du Congo, est revenu plusieurs fois sur la place que l’innovation occupe dans l’entrepreneuriat qui se veut émergent.

La capacité d’innover, c’est elle qui fera même la différence entre une entreprise et ses potentiels compétiteurs et donc plus longtemps on innovera autant on écartera ses compétiteurs.

Il a également été réveillé que lorsqu’une entreprise innove moins, plus elle accroît ses risques de faillite.

Etant donné que l’innovation n’avait pas de limites, elle pourrait également être appliquée dans presque tous les secteurs entrepreneuriales.

L’innovation élève une nation 

 Se référant à l’entreprise Facebook, cette dernière ferait faire appliquer la législation américaine en rapport avec la gestion des données numériques aux citoyens d’autres pays du monde, de quoi induire en rapport avec l’innovation qui élève une nation.

L’innovation a donné à certaines nations  des identités à travers le monde entier parlant des innovations qu’ils ont apportées.

Ceci étant, aucune excuse ne peut passer face à l’innovation d’autant plus que cette dernière devient de plus en plus imposante.

L’innovation et l’émergence deviennent donc deux valeurs dont la première est un facteur  conditionnant la deuxième pour ces entrepreneurs qui voudront se voir le plus longtemps possible sur les marchés 

Par Providence BARAKA et Samuel Habamungu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *